Accueil

Mis en avant

Je suis auteur et illustrateur. Je vous propose de découvrir sur ce site : mes livres, mes illustrations et mes bandes dessinées en prépublication. Vous trouverez aussi une section dédiée à l’univers médiéval fantastique que je développe.

Tous mes ouvrages sont publiés en auto-édition. Je conserve ainsi une totale liberté sur mes oeuvres, car il n’y a rien de pire que de se voir imposer par l’éditeur une jaquette ou une image. Cela me permet aussi de travailler à mon rythme et de décider du calendrier des parutions.

Mes livres sont vendus en exclusivité sur le site Amazon.fr et disponibles au format traditionnel papier (édition brochée) et numérique (kindle). Les voici présentés par ordre de publication de la plus récente à la plus ancienne :

livre4 prisonniers des gobelins
Le droit à l'oubli
Jaquette de la fable illustrée "Lya, la petite fille qui voulait devenir Lionblanc" de César Séjourné
Jaquette Le poids du passé" César Séjourné
Jaquette "La compagnie des nains" César Séjourné
Jaquette du livre Vers Fleuris, les poèmes ténébreux de César Séjourné
Jaquette du livre Vers Fleuris, les poèmes amoureux de César Séjourné

En cliquant sur le logo d’Amazon, vous accédez à l’ensemble de mes ouvrages.

log small amazon.fr

Daz3d : clown et jeu de lumières

Dans ce billet, je vais vous expliquer, étape par étape, comment j’ai réalisé cette image de clown sous daz3d.

Un gentil clownPour cette image, j’ai eu besoin de 3 assets achetés chez Daz3d :

– pour le clown https://www.daz3d.com/evil-clown-hd-for-genesis-8-male ;

– pour le vêtement https://www.daz3d.com/bad-clown-jumpsuit-for-genesis-8-male-s ;

– pour les cheveux, je suis parti de ceux fournis dans https://www.daz3d.com/goblar , car je n’avais rien d’autre de satisfaisant sous la main, mais je les ai modifiés pour que la partie centrale du crâne du clown soit mise à nue. De votre côté, vous pouvez utiliser cet asset : https://www.daz3d.com/bad-clown-hairpieces-for-genesis-8-male-s-and-female-s .

La plus grande difficulté de la scène a été le jeu de lumière.

Je ne sais pas comment font les autres, mais me concernant, j’ai commencé par réaliser une boite dans laquelle j’ai positionné le personnage au centre. Pour cela, je me suis servi de l’outil “Create New Primitive” pour créer plusieurs formes planes de 5x5m que j’ai assemblées pour former approximativement un cube à 5 faces (je n’en ai pas mis au sol) et j’ai veillé à laisser un puits de lumière au plafond :

Clown = création de boiteEnsuite, j’ai illuminé le  visage du clown avec 2 “points light” de 400 lumens chacun :

Daz3d clown creation point lightAu niveau du rendu, j’ai modifié les paramètres de la  texture du clown pour retirer l’aspect plastique (glossy) de la peau :

DAZ3d Parametres du clownEn post-rendu, je me suis contenté d’effacer une petite zone blanche de quelques millimètres dans la bouche (reflet exagéré) :

Traitement post-image du clownVoilà, c’est terminé. J’espère que ce petit tuto vous aura réconcilié avec les gentils clowns.

Blog : le 5e tome de la saga

Je vous livre dès à présent le titre du 5e tome de la Saga Les héros de la cité-mine du Rakdur : l’ours des montagnes.

Jaquette et 4e de couverture du 5e tome de ma sagaEt pendant que j’y suis, voici le texte de la 4e de couverture :

Tombé dans un précipice, Nogar a survécu à sa chute et échappé, dans le même temps, au massacre de sa compagnie.

Toutefois, blessé et sans espoir de secours, l’apothiguerre se retrouve seul, sans eau ni nourriture, dans les montagnes en plein hiver.

À cela s’ajoute, le fardeau du déshonneur d’avoir échoué à protéger son jeune ami, Bramor, alors qu’il s’était engagé à le ramener à la cité-mine du Rakdur, sain et sauf auprès de son père.

Allongé dans la neige, Nogar est un rescapé, mais peut-être la mort eût-elle été préférable à la vie…

Daz3d : ajouter manuellement un asset

Normalement, lorsque vous achetez un asset sur Daz3d, il suffit ensuite de vous rendre dans le programme « Install Manager », pour le sélectionner et l’installer automatiquement.

Néanmoins, Daz vous permet aussi de l’installer manuellement. Pour cela, rendez-vous sur le site de Daz3d, puis connectez-vous et sélectionnez « My account » dans le menu déroulant.

installer un asset manuellement dans daz3d se connecter à son compteCapture d’écran du site www.daz3d.com

Ensuite, cliquez sur « Product Library » et choisissez l’asset en question dans la liste située sur votre gauche, quitte à lancer une recherche pour le trouver. Dès qu’il est sélectionné, l’asset apparaît en page centrale et, en dessous de l’image promotionnelle, vous pouvez accéder au lien de téléchargement de l’archive zip.

installer un asset manuellement se rendre dans product libraryCapture d’écran du site www.daz3d.com

Une fois l’archive zip téléchargée, il ne reste plus qu’à l’installer. La procédure est la même qu’avec un asset récupéré sur un site comme Renderosity.

Commencez par décompresser l’archive zip. Vous devriez obtenir quelque chose qui ressemble à cela :

installer un asset manuellement dezipper l'assetCapture gestionnaire de fichier Windows Microsoft.

Ensuite, deux possibilités s’offrent à vous, soit installer l’asset dans la librairie officielle « My Daz 3D Library », soit l’incorporer, à part, comme une nouvelle librairie. La création d’une librairie a été vue dans un précédent billet, je ne traiterai donc que de l’installation dans la librairie officielle.

D’abord, il faut connaître l’adresse de la librairie « My DAZ 3D Libray ». Il y a plusieurs façons de la retrouver. Le plus simple est, au niveau du logiciel Daz3d, de se rendre dans l’onglet « Content Library », puis de faire un clic droit sur la librairie et choisir « Browse to Folder Location ».

installer un asset manuellement trouver l'adresse de My DAZ 3D LibrayCapture d’écran Daz3d ver 4.20 pro.

À moins que vous ne l’ayez modifié, l’adresse indiquée devrait être :

C:\Utilisateurs\Public\My DAZ 3D Library\

Ensuite, il suffit de copier les fichiers décompressés dans la librairie, mais attention, il ne faut pas copier le répertoire appelé « content », mais seulement les sous-répertoires. Dans mon exemple, il s’agit des sous-répertoires « Data », « People » et « Runtime » :

installer un asset manuellement pointer dans le bon répertoireCapture gestionnaire de fichier Windows Microsoft.

Ces trois sous-répertoires devront être copiés ou, pour être plus précis, fusionner avec ceux de la bibliothèque officielle de Daz3D.

Pour terminer, recharger l’arborescence pour que les modifications soient prises en compte, en faisant un clic droit sur « My DAZ 3D Library » puis en sélectionnant « Refresh » dans le menu déroulant, comme sur la capture d’écran suivante :

installer un asset manuellement : rafraichir la librairie pour prendre en compte les modificationsCapture d’écran Daz3d ver 4.20 pro.

Daz3d : créer une nouvelle librairie d’objets

Créer une nouvelle librairie d’objets sous DAZ3d, peut avoir plusieurs intérêts, comme disposer d’une « librairie test » indépendante de la librairie officielle, ou encore répartir ses assets par thèmes (médiéval, scifi, etc.).

D’ailleurs, rien ne s’oppose à ce qu’une librairie ne possède qu’un seul asset, car il n’y a pas de limites aux nombres de librairies.

Pour créer une nouvelle librairie, rien de plus simple. Rendez-vous au niveau du panneau de Daz et dans l’onglet « Content Library », faites un clic droit sur « DAZ Studio Formats » qui se trouve tout en haut. Puis, choisissez « Add a Base Directory… » :

Image montrant la création d'une nouvelle librairie sous daz3dCapture d’écran Daz3d ver 4.20 pro.

Dans l’arborescence, choisissez le répertoire où se trouve la nouvelle librairie. Attention à pointer dans le bon répertoire. Par exemple, dans l’exemple suivant, il ne faut surtout pas pointer sur « IM00047741-01_WorldyJonesforGenesis3Males » mais sur le contenu du répertoire « Content » :

Image montrant à quoi ressemble un asset sous daz3dCapture gestionnaire de fichier Windows Microsoft.

Si tout s’est bien passé, voici ce que vous devriez voir apparaître à l’écran :

Image la création d'une nouvelle librairie sous daz3dCapture d’écran Daz3d ver 4.20 pro.

Rappelez-vous que vous pouvez créer autant de librairies d’objets que vous le voulez, donc il serait dommage de s’en priver.

Daz3d : accélérer le rendu en utilisant 2 cartes graphiques bonne ou mauvaise idée

Dans un précédent post, j’avais montré qu’associer GPU + CPU ne permettait pas toujours d’augmenter la vitesse du rendu d’une image par rapport à un rendu avec GPU seul.

Une autre façon d’accélérer le rendu est d’utiliser plusieurs cartes graphiques à l’image des rings de mining de cryptomonnaies. Daz3d offre cette possibilité. Il suffit d’installer deux cartes graphiques dans l’ordinateur, puis au niveau du panneau “Render Sittings” d’activer les deux cartes dans l’onglet “Advanced”.

Render sittings calculer avec 2 cartes graphiquesL’expérience a déjà été menée par Eric du site Lucie Adult Game qui a créé un jeu pour adultes, avec des images réalisées sous Daz3d. Dans son test, il a associé une GTX 1070 avec une Geforce 770 et il a constaté que c’était contreproductif. En effet, la Geforce 770 ralentissait le rendu.

Eric avait avancé plusieurs explications, dont l’hypothèse que la Geforce 770 ne possédait pas suffisamment de mémoire pour stocker dans globalité la scène à calculer (contrairement à la GTX 1070), ce qui entraînait un rollback entre la carte graphique et la mémoire du PC.

Nous allons refaire l’expérience, mais en associant cette fois une RTX 3060 12 Gigas de RAM avec une vieille GTX 1030 2 Gigas de RAM.

Par contre, le calcul portera sur une petite scène (le. duf fait 595 ko), afin d’être sûr que celle-ci sera bien stockée dans la mémoire des 2 cartes graphiques.

Comme dans mes précédents tests, l’expérience a été menée avec Daz3d version 4.20.

Résultat en image :

article daz3d calcul avec 2 cartes graphiquesLa RTX 3060 seule calcule la scène en environ 8 minutes versus 9 minutes pour l’association RTX 3060 + GTX 1030.

La RTX 3060 12 Gigas possède 3584 cudas, tandis que la GTX 1030 2 Gigas seulement 384 cudas. Finalement, le nombre de cudas n’est peut-être pas le facteur le plus important pour accélérer le rendu, ou plutôt que d’autres paramètres interviennent probablement.

En parcourant les forums de Daz3d, j’ai découvert qu’en cas de vitesse d’horloges différentes au niveau des GPU, (à l’image de barrettes de RAM de fréquences différentes), le lray s’alignait sur celui de la carte la plus lente et bridait les plus rapides. C’est peut-être une première explication.

Et le SLI dans tout cela ?

Eric évoquait aussi l’obligation de ne pas activer le SLI ou Scalable Link Interface. Le SLI est une solution mise en place par Nvidia pour combiner plusieurs cartes graphiques, afin de les faire travailler de concert. Cependant, d’après ce que j’ai compris les cartes doivent avoir le même GPU (il faut combiner 2 RTX 3060 ou 2 GTX 1030, mais pas une RTX et une GTX). De plus, il semblerait qu’avec les versions récentes de DAZ, le SLI n’a plus aucune importance. D’ailleurs, sauf erreur les RTX ne prennent plus en charge cette technologie (exception faite de la 3090).

Bien que mes résultats confirment ceux d’Eric, à savoir que deux cartes graphiques n’accélèrent pas le rendu, cela ne veut pas dire pour autant que cela ne fonctionne pas.

En effet, je pense qu’il y avait trop de différence de génération entre les deux cartes utilisées dans mon test et celui d’Eric. D’ailleurs, j’ai eu l’occasion d’échanger avec un artiste qui travaille avec 2 RTX 3090 (bloc d’alimentation de 1200W) et il m’a confirmé que le temps de ses rendus était divisé par deux.

Pour ma part, je retenterai l’expérience en mélangeant 2 RTX, dès que le prix des cartes graphiques aura retrouvé un cours acceptable pour mon portefeuille.

Illustration : Emptalï et son fils Gurïm, d’après le roman Ambramort de Yves Marec

J’ai lu récemment Ambramort : La quête de l’antidote, un roman de Yves Marec.

L’histoire a pour point de départ la drogue AmbraMort que le Roi Noir Malavone utilise pour asservir son peuple. Course poursuite, magie, amour, complots et récits de batailles rythment le récit.

Un livre à découvrir, si ce n’est pas déjà fait, et j’en profite pour vous en livrer un court extrait de l’œuvre :

« Le vent du Nord qui s’engouffrait entre les sommets immaculés et glacés balayait cette étendue sauvage en accentuant encore un peu plus les effets de vagues d’herbe et d’écume. (…) Leurs deux corps collés emmitouflés sous une épaisse fourrure de Yak des steppes, Emptalï et son jeune fils Gurïm chevauchaient ensemble leur monture, un magnifique pur-sang couleur ébène. (…) La chaleur de l’animal et de ses cavaliers paraissait les envelopper d’un fragile nuage chaud et vaporeux, ultime protection féerique contre les caresses mordantes de la bise du Nord. »

Le récit débute donc par l’échappée d’une mère, d’Emptalï, et de son fils, Gurïm. J’ai conservé cette scène (et bien d’autres) dans ma tête. Ayant bouclé récemment un gros projet, j’ai décidé de prendre une pause, en illustrant ce passage.


Normalement, Emptalï a les cheveux couleur châtain et monte un cheval à la robe ébène. J’ai refait l’illustration dans un second temps pour coller au mieux au texte.

Livre : Raspberry Pi un serveur LAMP : Comment héberger et gérer ses sites Web, WordPress et Nextcloud sur un Raspberry Pi

Le Raspberry Pi est un projet britannique ambitieux : produire un ordinateur pour quelques dollars afin d’encourager les plus jeunes à programmer et c’est incroyable ce que ce minuscule ordinateur de la taille d’une carte de crédit est capable de réaliser.

Cet ouvrage propose de vous guider pas à pas pour transformer votre Raspberry Pi en un véritable Web serveur.

Particularité, le texte est écrit à la cinquième personne, à la façon des vieux « livres dont vous êtes le héros », afin de mieux guider le lecteur dans la mise en œuvre de son projet.

 

À l’aide de nombreuses captures d’écran en couleurs, vous découvrirez comment :

  • bien débuter avec un Raspberry Pi (découverte du système) ;
  • installer un serveur LAMP (Linux, Apache, MariaDB et PHP) ;
  • le rendre accessible sur le Net (NAT-PAT, vhost, proxy reverse) ;
  • sécuriser votre serveur (GEOIP) ;
  • installer un module de statistiques (Awstats) ;
  • installer un système de gestion de contenu (WordPress) ;
  • installer un service cloud (Nextcloud).
    En fin d’ouvrage, vous trouverez divers conseils et un lexique des principales commandes pour piloter votre nano-ordinateur.

De plus, ce livre peut être lu de plusieurs façons : soit de façon traditionnelle, du début jusqu’à la fin, en sachant que les paragraphes ont été écrits de telle sorte qu’ils proposent une progression linéaire, soit de façon discontinue en sautant certains passages pour aller à l’essentiel.

Caractéristiques

Date de parution : le 01/05/2022
ISBN (version brochée) : 979-8429799872
Collection :
Genre : Informatique
Caractéristiques : 166 pages couleurs
Dimensions du produit : 21.59 x 0.99 x 27.94 cm
Disponibilité(s) : format kindle*, édition broché*
Extrait gratuit : sur Amazon.fr*
Prix : 3.99€TTC kindle, 20 € TTC Broché France

Vous pouvez commander ce livre en exclusivité sur *

logo amazon* Liens partenaires. En tant que Partenaire d’Amazon, je suis rémunéré pour les achats éligibles.

Voici la table des matières de l’ouvrage :

1e PARTIE – PRÉSENTATION ET PRISE EN MAIN DU RASPBERRY PI
1) Qu’est-ce qu’un Raspberry Pi ?
2) Le système d’exploitation Raspberry Pi OS
3) Les différentes générations de Raspberry Pi
4) Quels accessoires pour un Raspberry Pi ?
5) Télécharger le système d’exploitation Raspberry Pi OS
6) Installer le système d’exploitation Raspberry Pi OS
7) Installation du Raspberry Pi OS
8) Présentation rapide de l’interface graphique LXPanel
9) Connaître la version de son Raspberry Pi et de l’OS
10) L’utilisateur Pi
11) Changer le mot de passe de l’utilisateur P
12) Éteindre son Raspberry Pi

2e PARTIE – INSTALLATION D’UN WEBSERVEUR LAMP
13) Qu’est-ce qu’un serveur LAMP
14) Mise à jour du Raspberry Pi
15) Installation du serveur HTML Apache
16) Test du serveur HTML Apache à partir du Raspberry Pi
17) Trouver l’adresse IP privée de son Raspberry Pi dans le réseau local
18) Tester le serveur HTML Apache à partir d’un ordinateur du réseau local
19) Droits des utilisateurs du serveur Apache
20) L’utilisation des fichiers .htaccess est désactivée de base
21) Activation des .htaccess dans le serveur HTML Apache
22) Activation de l’url rewriting
23) Création des htaccess
25) Test du module PH
26) Modifier les paramètres PHP
27) Installation de la base de données MariaDB
28) Sécurisation de MariaDB
29) Quelques commandes de MariaDB
30) Installer phpMyAdmin
31) Mettre en place un lien symbolique entre phpMyAdmin et Apache
32) Se connecter à phpMyAdmin
33) Attribuer les privilèges d’utilisation
34) Relancer la configuration de phpMyAdmin
35) Changer le mot de passe de l’utilisateur phpmyadmin manuellement

3e PARTIE – INSTALLATION DU WEBSITE
36) Installation du site Web sur le Raspberry Pi
37) Gestion des droits des utilisateurs
38) Autoriser le partage du répertoire
39) Monter un disque amovible en utilisant l’interface graphique
40) Monter un disque amovible en utilisant la ligne de commande
41) Installation d’un partage réseau multiplateforme Samba
42) Limiter le partage réseau multiplateforme Samba à certains utilisateurs
43) Créer & modifier un compte utilisateur sous Raspberry Pi OS
44) Un serveur SFTP sur votre Raspberry Pi
45) Activer le SSH ou Secure SHel sur un Raspberry Pi
46) Sécurité et SSH
47) Se connecter au Raspberry Pi via le SFTP

4e PARTIE – TRANSFERT DU SERVEUR APACHE SUR UN DISQUE AMOVIBLE
48) Monter un disque amovible sur le répertoire par défaut du serveur HTML Apache
49) Montage automatique d’un disque amovible au démarrage
50) Montage automatique d’un disque amovible au démarrage par UUID
51) Confirmer que le disque amovible est bien monté automatiquement au démarrage
52) Changer le répertoire par défaut du serveur HTML Apache

5e PARTIE – INSTALLATION DE WORDPRESS
53) Présentation de WordPress
54) Création de la table wordpress dans MariaDB
55) Création et configuration d’un utilisateur pour WordPress dans MariaDB
56) Vérification de la table et de l’utilisateur wordpress dans phpMyAdmin
57) Récupérer l’archive de WordPress
58) Téléchargement de l’archive de WordPress automatique (méthode déconseillée)
59) Téléchargement de l’archive de WordPress manuellement (méthode conseillée)
60) Choix du répertoire d’installation
61) Modification des droits d’écriture et de propriétés
62) Paramétrages de WordPress
63) Changement du mot de passe de l’utilisateur de la base de données de WordPress
64) Installation du module PHP Imagick

6e PARTIE – DÉPLOIEMENT SUR INTERNET DU SITE WEB
65) Adresse IP privée et IP publique
66) Connaître son IP publique
67) Paramétrer les règles NAT-PAT de la BOX
68) Vérification de la mise en ligne du site Web
69) IP publique fixe, IP publique dynamique et DNS Dynamique
70) Multisites, multinoms de domaine : vhost ou serveur virtuel
71) Multisites, plusieurs Raspberry Pi : reverse proxy

7e PARTIE – STATISTIQUES & SÉCURITÉ
72) Awstats, un logiciel de statistiques de consultation de sites Web
73) Installation d’Awstats
74) Paramétrer Awstats
75) Renseigner le chemin vers les icônes
76) Création de la base de données statistiques Awstats
77) Visualiser les résultats
78) Mise à jour manuelle des données d’Awstats
79) Mise à jour automatique des données d’Awstats
80) Sécurisation des données d’Awstats
81) Simplifier l’adresse Awstats
82) Awstats et gestion multisite
83) Interdire l’accès au serveur : GEOIP2
84) GEOIP2 : bloquer une liste de pays
85) GEOIP2 : autoriser seulement une liste de pays
86) Autres possibilités de paramétrage de GEOIP2
87) Installer un certificat TLS (ex SSL)
88) Les certificats Let’s Encrypt
89) Modifications apportées par Certbot

8e PARTIE – INSTALLATION DE NEXTCLOUD
90) Préparation du serveur LAMP
91) Téléchargement de Nexcloud et installation des fichiers
92) Paramétrage du script d’installation : le compte administrateur
93) Paramétrage du script d’installation : le répertoire des données
94) Paramétrage du script d’installation : la base de données
95) Paramétrage du script d’installation : valider le script
96) Modifier l’utilisateur de la base de données (facultatif)
97) Renseigner l’e-mail du compte Administrateur
98) Paramétrer le serveur e-mail
99) Changer le mot de passe d’un utilisateur
100) Résoudre les erreurs de l’installation
101) Résoudre les erreurs de l’installation : HTTPS
102) Installer un certificat certifié
102) Installer un certificat autosigné
103) Résoudre les erreurs de localisation
104) Résoudre les erreurs de l’installation : « limite de mémoire PHP »
105) Résoudre les erreurs de l’installation : indicatif téléphone
106) Résoudre les erreurs de l’installation : le cache
107) Accéder à Nextcloud avec et sans certificat de sécurité
108) Déplacer le répertoire de données « data » sur un disque amovible
109) Suppression des fichiers log
110) Remplacer le raspberry pi
111) Mise à jour de Nextcloud

9e PARTIE – CONSEILS DIVERS
112) Quel modèle de Raspberry Pi choisir pour un serveur LAMP ?
113) Quelques conseils de sécurité
114) Libérer de la mémoire
115) Sauvegarder vos sites
116) Sauvegarder votre carte micro-SD
117) Acheter un onduleur
118) Gestion des journaux du serveur Apache.
119) Piloter à distance votre serveur via le SSH.
120) Contourner le problème de loopback / hairpinning de la Box?
121) Désactiver le Wifi et le Bluetooth
122) Les droits des utilisateurs du répertoire
123) Lexique des commandes consoles utilisées
124) Pour en savoir plus
125) Paragraphe 400 !

Daz3d : vitesse de rendu GPU seul vs GPU+CPU

Pour le calcul d’une scène, Daz3d vous offre la possibilité d’effectuer un rendu avec le GPU seul, le CPU seul et l’association GPU + GPU.

Ces trois options se trouvent au niveau de l’onglet « Advanced » du panneau « Render settings » :

Image onglet "Advanced" du Render Settings

Mais avant de continuer, je vous propose un bref rappel :

  • Le CPU (central processing unit) désigne le processeur de l’ordinateur
  • Le GPU (Graphics Processing Unit) englobe le ou les petits processeurs destinés aux calculs graphiques (les fameux CUDA). Par abus de langage, ce mot est souvent utilisé en lieu et place de « carte graphique ».
  • Le rendu par GPU est plus rapide que par CPU.

Remarque : le rendu GPU est plus rapide que le rendu CPU habituellement, mais naturellement, cela va dépendre de la carte graphique et du processeur utilisés. Si vous comparez le dernier Razen avec une vieille carte graphique, vous allez certainement me faire mentir.

Rentrons dans le vif du sujet. Est-il judicieux d’associer CPU et GPU pour gagner en puissance de calcul et donc en temps de rendu ?

Pour répondre à cette question, je me suis amusé à comparer le temps de rendu entre GPU seul et association CPU + GPU. Le GPU est une RTX3060, le CPU est un vieux Intel I5-2300 et les tests ont été réalisés sous Daz4.20.

Voici les résultats en image :

image de daz3d comparaison temps de rendu GPU seul versus CPU+GPULa RTX 3060 a calculé la scène en 18 minutes et l’association GPU + CPU en 21 minutes. De plus, lors du rendu GPU+CPU, l’ordinateur a été moins réactif (temps de réponse plus lent pour exécuter une tâche), attendu que le CPU était occupé à calculer.

Ainsi, contrairement à ce à quoi l’on se serait attendu, le CPU a ralenti le GPU. Toutefois, peut-être aurions-nous obtenu un résultat différent avec un CPU plus récent.

En conclusion, associer GPU et CPU pour calculer une scène peut sembler une idée judicieuse, mais en pratique cette association n’améliore pas toujours la vitesse de rendu, pire le rendu peut être plus lent que lorsque le GPU est utilisé seul.

Daz3d : améliorer le rendu de ses images grâce au Max Time

Lors des tests réalisés pour l’article Daz3d : les rendus des images calculées avec un CPU et un GPU sont-ils différents ? j’avais utilisé l’asset The Heart Of Darkness vendu par Daz3d.

Si vous choisissez le “Render Preset lray” proposé pour l’asset, comme indiqué sur la capture d’écran suivante :

Daz3d choisir le rendu lray

Le rendu s’arrêtera automatiquement au bout de 17 minutes et ce quelque soit le mode de calcul utilisé CPU ou GPU.Si vous avez une carte graphique suffisamment puissante pour calculer la scène en moins de 17 minutes, pas de soucis (ma RTX 3060 a besoin de 18 minutes). Par contre, si vous utilisez un rendu CPU, le résultat risque d’être décevant.

Voici en image le résultat obtenu sous Daz3d version 4.20 avec un rendu par RTX 3060 et CPU seul :

article daz rendu gpu vs cpu rendu différent time limitLes deux rendus ne sont pas strictement identiques. Le rendu par CPU donne l’impression que le processeur s’est arrêté prématurément dans le calcul de l’image et c’est exactement ce qui est arrivé.

En effet, l’explication (merci Passion3D) se trouve au niveau des paramètres du rendu ou “Render sitting”. Comme vous pouvez vous en rendre compte sur la capture d’écran suivante :

Daz3d changer le max timeLe vendeur a imposé un “Max Time” ou temps maximum de rendu, de 1000 secondes soit environ 17 minutes. Passé le délai, le rendu doit s’arrêter. Or c’est trop court pour mon ordinateur.

En remettant la valeur par défaut (bouton “Defaults”), vous fixez le temps maximum de calcul à 7200 secondes, soit 120 minutes. C’est signifie que quelque soit la difficulté de l’image à calculer, le rendu ne dépassera pas 2 heures. Mais libre à vous d’augmenter ou d’adapter ce chiffre en fonction de vos besoins et de votre configuration

Pour cet asset, j’ai mis un Max Time à 14 400 secondes, soit 4 heures et si je recalcule l’image, le rendu entre CPU et GPU sera bien identique :

article daz rendu gpu vs cpu pas de différenceD’une certaine manière, j’ai amélioré le rendu. En réalité, j’ai simplement accordé plus de temps au processeur pour faire son travail.

En conclusion, augmenter le “Max Time” est l’un des moyens pour augmenter la qualité graphique du rendu de vos images, mais uniquement si la valeur d’origine avait été placée à un niveau trop bas.

Le logiciel Daz studio

Pour réaliser mes illustrations, j’utilise Daz studio, plus connu sous le nom de Daz3d. C’est un logiciel spécialisé dans la création de modèles humains en 3 dimensions. Il a l’avantage d’être gratuit, puissant et de possèder une importante librairie d’objets 3D (payants). Je vous livre sur cette page quelques réflexions sur son utilisation.

Daz3d : les rendus des images calculées avec un CPU et un GPU sont-ils différents ?

Récemment, Daz3d a publié un billet sur son blog, traitant des meilleurs ordinateurs pour se lancer dans la 3d en 2022 : The Best Computers for Digital Art on a Budget in 2022.

Globalement, rien de nouveau sous le soleil,  Daz3d conseille : une carte graphique avec le plus de CUDA possibles, un bon processeur et dans l’idéal, un maximum de RAM.

CUDA est l’acronyme de Compute Unified Device Architecture. Il désigne un petit processeur optimisé pour le calcul (rendu d’images, affichage 2D 3D, vidéos, compression vidéo, cassage de code, etc.). Je parle de petit processeur, car pris isolément, il n’est pas très puissant, mais comme il est capable de travailler de concert, et que les fabriquant de cartes graphiques ont tendance à en mettre de plus en plus sur leur carte, on finit par obtenir un supercalculateur. Par exemple, il y a 10 496 CUDA sur une carte RTX 3090.

Pour en revenir à l’article de Daz3D, j’ai été interpellé par la phrase suivante :

« The GPU works alongside your CPU to boost performance, and provide faster, better graphics. »

Phrase qui pourrait se traduire par :

« Le GPU fonctionne avec votre CPU pour améliorer les performances et fournir des graphismes plus rapides et de meilleure qualité. »

Quelques rappels :

  • Le CPU (central processing unit) désigne le processeur de l’ordinateur et le GPU (Graphics Processing Unit) englobe le ou les petits processeurs destinés au calcul graphique (les fameux CUDA).
  • Le GPU peut être intégré directement à la carte mère, ou dans le CPU, ou sur une carte fille (carte graphique) ou dans un système SOC (System On a Chip) dans le cadre de l’informatique embarquée (téléphonie, tablette).

Que le GPU accélère le rendu graphique versus le CPU fait l’unanimité. C’est assez logique, car c’est justement son objectif : travailler vite et bien pour décharger le CPU de ce travail.

Par contre, Daz3d explique dans son billet que le GPU peut avoir un impact sur le rendu graphique de certaines scènes, ce qui suggérerait que les rendus GPU et CPU ne seraient pas strictement identiques.

Pour répondre à cette question, je me suis amusé à réaliser différents tests, en veillant à faire mes rendus avec la même version du logiciel. En effet, j’avais constaté dans le passé qu’en fonction des versions utilisées, la luminosité pouvait être différente pour une même scène (rendu identique avec Daz3d 4.10 et Daz3d 4.12, mais sensiblement différent avec Daz3d 4.20).

Par exemple, voici la même scène calculée sur CPU (Intel I5-2300) et GPU (RTX 3060) :

article daz rendu gpu vs cpu pas de différenceLes résultats parlent d’eux-mêmes :

– Aucune différence de qualité de rendu d’images.
– Le GPU calcule la scène en 18 minutes seulement.
– Le CPU calcule la scène en 240 minutes (parce que j’ai fixé un délai maximum de temps de rendu à 240 minutes).

Je ne vais pas vous montrer tous les tests réalisés, mais j’arrive aux mêmes résultats à chaque fois.

En conclusion, les rendus CPU et GPU donnent des résultats identiques, excepté que le CPU mettra (normalement) plus de temps pour calculer la scène et sous réserve qu’il dispose de suffisamment de temps pour mener à terme son travail, ce qui nous amène à la notion de “Max time” qui fera l’objet d’un prochain article.