Comment m’est venue l’idée d’écrire la fable de Lya

5 Jan 2020 | Making-Off

« Lya, la petite fille qui voulait devenir Lionblanc » est une fable, écrite en vers de sept pieds et douze pieds (alexandrin). Elle m’a été inspirée par le rire d’une enfant.

L’idée de cette histoire m’est venue le 16/11/2019. Je venais de boucler le second tome de la série Les héros de la cité-mine du Rakdur – Le poids du passé. Pour me divertir, je jouais sur un jeu online. J’avais groupé et nous coordonnions nos actions grâce à Discord. En pleine partie, une petite voix se fit entendre, celle d’une petite fille de bientôt 5 ans, appelée Lya. Sa maman avait coupé le micro pour jouer mais l’enfant en avait décidé autrement. Son rire était à faire fondre le coeur le plus endurci.

Tout est parti, d’un jeu online…

Je félicite la mère (qui jouait une sorcière), en rajoutant que dans quelques années, sa fille pourrait sans doute nous rejoindre dans le jeu. Elle me répond que malheureusement celle-ci préférerait sans doute jouer dans la faction adverse, c’est-à-dire contre nous. Cette petite phrase anodine fut une révélation : une image apparut immédiatement dans mon esprit.

Notre partie terminée, je me suis mis immédiatement à l’œuvre : création de la scène 3D, accompagnée d’un sonnet de sept pieds (un poème composé de quatorze vers répartis en deux quatrains et deux tercets). Vous pouvez voir le résultat obtenu le 17/11/19, ci-contre.

Puis, une image et un sonnet…

Pour réaliser cette image, j’étais parti d’un modèle Genesis 2 féminin (G2F) adulte, que j’ai rajeuni (morphs Growing up) pour obtenir un enfant âgé de 5 ans. Le choix d’un G2F était pour gagner en temps de calculs pour le rendu d’image. Néanmoins, je n’étais pas satisfait du résultat pour plusieurs raisons. L’enfant n’avait pas un visage suffisamment enfantin. La robe utilisée type « Moyen-Age » ne me plaisait pas. De même, le positionnement du lion était à revoir, du fait d’un problème d’ombres au sol. Par contre, j’étais satisfait du rendu style « studio photo » sans décors d’arrière plan. Cependant, l’idée était là. Surtout, cette image avait planté les graines d’une petite histoire. Mais pour cela, j’allais avoir besoin de modéliser plusieurs personnages.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
9 + 28 =